Le texte présenté ci-dessous est tiré du journal « Les Ailes » du deux juillet 1936. Il a été écrit par André Langeron spécialiste de l’aéronautique et grand connaisseur de la toute jeune Armée de l’air. Outre les descriptions des sauts à ouverture automatique à ouverture commandée et à ouverture retardée, des atterrissages et bien évidemment de la préparation physique, ce texte fait l’éloge de cette toute nouvelle spécialité et rappelle aux lecteurs actuels que les premiers parachutistes faisaient partie intégrante de l’Armée de l’air. Il met en scène le père des « paras » militaires, Frédéric Geille un aviateur pilote considéré comme l’inventeur des chuteurs opérationnels. Il permet également de rappeler au monde militaire que ces aviateurs, qui s’entrainaient à Pujaut dans le Vaucluse, sont les ancêtres de tous les parachutistes qui ont servi, entre autres, pendant la Deuxième Guerre mondiale et jusqu’à nos jours dans les Groupes, les Compagnies et les Bataillons d’Infanterie de l’Air, dans les Régiments de Chasseurs Parachutistes, dans le Special Air Service ou encore dans les Commandos Parachutistes de l’Air.

Christian Brun

Télécharger la version complète de l’article :

Le Centre de Pujaut (1936)

Publicités