L’entre-deux-guerres a révélé le potentiel de l’aviation dans la pacification et le maintien de l’ordre dans les colonies. De la doctrine britannique de l’Air Control à son emploi lors de la guerre du Rif, la troisième dimension a fait évoluer un savoir-faire élaboré depuis le XIXe siècle. Dans le monde qui émerge en 1945, les empires coloniaux sont fragilisés. Une longue période de décolonisation s’amorce. Pour certains pays, elle est négociée, pour d’autres, elle est arrachée par les armes. C’est notamment le cas de l’Indochine et de l’Algérie. D’autres puissances ont connu des expériences plus ou moins similaires, aussi est-il intéressant de les étudier dans le but d’obtenir un regard extérieur sur l’emploi de l’aviation en contre-insurrection. Des caractéristiques fondamentales bouleversent les doctrines établies avant la guerre. Les exemples britanniques, portugais, et rhodésiens présentent à ce titre un intérêt certain.

Guillaume MULLER

Télécharger la version complète de l’article :

Forces aériennes et contre-insurrection de 1945 à 1980 : expériences étrangères

Publicités